fbpx

On ne peut parler de l'histoire des Citrus sans parler du jardin des Hespérides. Il a donné son nom à une famille olfactive, « les Hespéridés » qui regroupe les agrumes, les Citrus.

« De tous les arbres que l'industrie humaine est parvenue à propager dans les régions méridionales de notre continent, il n'en est point de plus beaux, de plus agréables, de plus utiles que ceux qui composent le genre Citrus »

J.A. Risso auteur du premier essai sur l'Histoire Naturelle des Orangers, bigaradiers, Limettiers, Cédratiers, cultivés dans le département des Alpes Maritimes, Première édition 1813.

Le mythe du jardin des Hespéridés
L'oracle de Delphe avait imposé dix travaux à Hercule. Mais le roi Eurysthée lui en refusa deux. Hercule dut donc en accomplir deux de plus. Le onzième de ces travaux fut de ramener trois pommes d'or du jardin des Hespérides, ces merveilleux fruits qu'Héra avait reçu de son mariage avec Zeus. Ce mystérieux jardin était gardé par les trois Hespérides, les filles d'Atlas. Héra constata que les filles volaient les fruits d'or elle plaça alors, en gardien, le dragon à cent têtes, Ladon, fils de Gaïa. Aidé par Nérée, Hercule obtint la direction d'aller toujours vers l'ouest pour se rendre chez les Hespérides. Hercule traverse le détroit de Gibraltar et arrivé sur la pointe nord-ouest du continent africain, il découvre le très beau jardin planté de pommes d'or, gardé par l'immense Atlas courbé sous le poids de la voûte céleste, portant le monde sur ses épaules. Hercule se présente à lui, beau parleur, il lui explique sa mission et propose à Atlas d'aller cueillir les fruits pendant que lui Hercule, le décharge du poids du monde. Atlas n'eut aucune peine à obtenir de ses filles les fameuses pommes. Muni de ses trois pommes d'or qui sont en fait des oranges, il refusa de reprendre sa place et propose à Hercule d'aller lui-même porter les fruits d'or à Eurysthée, son roi. Hercule contrarié, feignit d'accepter mais demanda à Atlas de le soulager le temps d'installer un coussin sur sa nuque pour mieux supporter le poids du monde. Comme Atlas posait les fruits au sol et qu'il reprenait sa place sous la voûte céleste, Héraclès se baissa, ramassa les fruits et s'enfuit vers la Grèce avec les pommes d'or. Eurysthée ne voulut pas les garder, il les offrit à Athéna qui les rapporta au jardin des Hespérides. C'est ainsi que la mythologie grecque raconte l'arrivée des agrumes en leur contrée.

A l’origine , les formes cultivées dérivent surtout des quatre taxons ancestraux, le cédrat (Citrus médica), le mandarinier sauvage (Citrus reticulata), le pamplemousse (Citrus maxima), et le papeda (Citrus micrantha). Ils sont originaires du sud-ouest de l'Himalaya, leur aire d'origine s'étend jusqu’au sud-ouest de la Chine. Ils vont très rapidement se propager jusqu'en Indonésie, et en Australie.

D'origine tropicale, ils sont très sensibles au froid. En France, on ne peut les cultiver que dans les zones les plus chaudes de la région méditerranéenne, la Côte d'Azur. Ce n'est qu'en Corse littorale, en particulier dans la plaine orientale, que certaines espèces, les mandarines et clémentines surtout, sont cultivées à une grande échelle.

De l’histoire
Aujourd'hui importés par centaines de milliers de tonnes d'Espagne, d'Afrique du Nord, du Proche-Orient ou de Floride, les agrumes sont au premier rang des productions fruitières mondiales. Ils sont à l'origine de la construction des orangeries, ces grandes serres capables d'abriter des arbres.

Mode d’extraction
Les différentes parties des agrumes peuvent être extraites de différentes méthodes :

- La distillation des jeunes feuilles et des tous petits fruits appelés « petits grains » pour obtenir l'huile essentielle de bigarade, d'orange douce, de mandarine
- Les fleurs distillées vont donner une huile essentielle et surtout une eau florale.
- L'expression à froid est réservé aux fruits. Le produit obtenu sera appelé « essence « et non huile essentielle. on obtiendra ainsi l'essence de bigaradier ou de mandarine, ou de citron
-L'extraction par solvant pour les fleurs afin d'obtenir un absolu.

Ces différents modes d'extraction permettent au parfumeur un plus large éventail de notes.

En parfumerie
Les hespéridés sont une famille regroupant toutes les eaux fraîches, constituée des essences d'agrumes. Les notes des Hespéridés sont toujours toniques et légères. Ce sont résolument des notes de tête. Les notes fraîches des agrumes apportent du « peps », de la vie, de la joie et de la légèreté aux parfums plus classiques. Elles sont enrichies par des accords aromatiques, boisés, épicés, parfois même floraux, chyprés et musqués. Elles sont synonymes de soleil, de vacances, de liberté, de légèreté.

Citrus aurentium var. Bergamia, Risso, Rutacées

La Bergamote

A l’origine
Elle est issue d’un croisement entre le citronnier et le bigaradier, l’oranger amer. Son écorce est beaucoup plus fine que celle des autres agrumes, même que celle du citron. Elle arrive tardivement en Europe du sud où elle apparaît à la fin du XVIème siècle sous le nom de bergamotto, probablement d’Inde du sud par l’Egypte ou les îles grecques. Elle serait le seul citrus cultivé d’origine européenne. Elle n’est pas connue à l’état sauvage, elle est probablement le résultat d’une ou plusieurs greffes.

 

De l’histoire
Elle a été introduite en Espagne dans les fermes de Philippe II d’Espagne qui la rapporta de Bergame ville italienne, au XVIème siècle. L’essence de Bergamote a tout de suite été consacrée essentiellement aux eaux parfumées, durant le XVIIème et XVIIIème siècle. La province de Reggio de Calabre a été la première région en Europe où fut cultivé le bergamotier et resta longtemps la seule productrice de son essence. Au XVIIIème siècle on l’introduit au sud de l’Espagne, au Portugal. Elle fut au XVIIIème siècle que la Bergamote avait un usage aujourd’hui perdu, celui des boîtes bergamote. A Grasse se développa la fabrication de ces petites boîtes destinées à contenir du tabac à priser, des bonbons ou des pastilles. L’écorce fine et lisse de la Bergamote tapissait l’intérieur de ces boîtes, parfumant ainsi tout ce qu’elles contenaient.

Un peu de botanique
Le bergamotier a une tige épineuse, de grandes feuilles ovales arrondies, ses fleurs ont une odeur particulière. Le fruit ramassé en début de récolte est de couleur vert commence en novembre et devient jaune à la fin de la récolte en mars. Son fruit est rond. Son parfum varie selon le mois de récolte.

Son mode d’extraction
Se fait essentiellement avec son zeste très fin par l’expression à froid. Pour les créations de certains parfumeurs, ses fleurs distillées sont utilisées pour la fabrication de l’eau de fleur d’oranger.

En parfumerie
Son essence est très utilisée dans les eaux de Cologne pour son odeur fraîche, florale délicate et suave. Sa note montante lavandée et poivrée est très volatile et fait partie des notes de tête. Elle apporte un éclat particulier aux compositions hespéridés. La fleur de Bergamote est utilisée pour la fabrication de l’eau de fleur d’oranger.

Retrouvez cette note de bergamote dans Vert Désert, parfum boisé et épicé.

Citrus médica

Le Cédrat

A l’origine
Il fait partie des quatre espèces ancestrales dont descendent les autres agrumes. Premier agrume arrivé au IIIème siècle av. J.C. en France, le cédrat s’est éclipsé derrière le citron moderne. Au nord de l’Inde, sur le site de Mohenjo-Daro, 2000ans av. J.C., des graines de Cédrat ont été trouvées dans des fouilles archéologiques. Sur les bas-reliefs du temple de karnak en Egypte on peut voir sculpté des fruits mamelonnés et verruqueux, qu’on peut identifier comme des Cédrats. La culture du Cédrat est attestée dès 700av. notre ère, en Perse.

De l’histoire
Le Cédrat est bien le premier « citron » connu de l’Antiquité. Il est connu pour son usage d’antidote aux venins et autres poisons. Celui qui soigne, d’où son nom. Le mot cédrat du grec kedros apparaît enfin en 1600 avec O.de Serres sous la forme cedriac. Les Hébreux lors de la fête des Cabanes, qui remémore l’exode d’Egypte et les années de nomadisme avant leur arrivée en Terre Sainte, porte à la main un Cédrat, fruit et témoin de « l’arbre de la splendeur » tel qu’il est cité dans la bible.

Un peu de botanique
C’est le plus grand des agrumes, il peut atteindre 4 mètres de hauteur, son fruit a une écorce épaisse, verruqueuse, très parfumé, de forme oblongue. Ses fleurs sont le plus souvent solitaire.

Son mode d’extraction
Au XIVème siècle, le savant Della Porta distillait à la vapeur les écorces de Bigarade, de Cédrat et de Citron. Plus tard on en revint à une méthode, par grattage à la pierre ponce, l’ancêtre de l’expression à froid. Avec cette technique, on obtient une essence très parfumée et beaucoup plus fine, qui a connu un grand succès au XVIIème et XVIIIème siècle. Ce mode d’extraction va perdurer jusqu’au début du XXème siècle.

En parfumerie
Il connaît un renouveau et entre dans la composition de certaines « eaux » modernes. Il entre dans la composition des savons parfumés de luxe. Il apporte une touche d’authenticité et un parfum singulier, floral et citronné, fruité, élégant par sa rareté.

Citrus lemon, L. Burmann, Rutacées

Le citron

A l’origine
Le Citrus est issu du Cédratier (parent mâle) et du Bigaradier (parent femelle) avec des gênes du Lime mexicain (parent mâle). Il est originaire du sud-ouest de l’Himalaya et sera introduit par les Musulmans en Méditerranée au Xème siècle. Il est le dernier des agrumes arrivé en Europe. Il est devenu maintenant l’agrume de la Méditerranée.

De l’histoire
Il est cultivé à partir du milieu du XIVème siècle, sur la côte ligure, Amalfitaine, en Calabre, et en Sicile. En 1494 il est introduit par les Hollandais aux Acores d’où les fruits étaient expédiés jusqu’au XIXème siècle en Angleterre et en Hollande.

En France c’est Menton qui est devenu la capitale du citron. On y fête chaque année en février un Corso à la gloire du citronnier. Ses avenues sont bordées de cet arbre. Les citrons de Menton ont une grande réputation même si les pays producteurs actuellement sont l’Argentine loin devant l’Espagne et les Etats-Unis.

Un peu de botanique
Son port est très semblable à celui du Bergamotier et du Bigaradier, avec des feuilles vernissées, des fleurs, des fruits qu’on peut voir en même temps sur l’arbre. Ses fruits sont plus gros que ceux du Bergamotier et plus sphérique.

Son mode d’extraction
L’expression à froid des zestes de fruits non mûrs est la technique privilégiée. Elle donne une essence beaucoup plus fine que celle obtenue par distillation. Avec ses jeunes rameaux et ses tout petits fruits distillés à la vapeur on obtient l’huile essentielle de petit grain citronnier. Avec ses fleurs on obtient avec l’extraction par solvant une absolu qui s’altère facilement, pas trop utilisée.

En parfumerie
L’essence obtenue est fraîche, « montante » très utilisées dans les eaux fraîches, les Cologne masculines. L’essence de citron est mordante, nerveuse et plutôt violente. Elle s’associe bien au romarin, au girofle. C’est définitivement une note de tête. On utilise aussi en parfumerie la note boisée de citronnier.

Citrus reticulata, Citrus nobilis Loureiro, Rutacées

Le mandarinier sauvage

A l’origine
Il fait partie des quatre taxons ancestraux. Originaire des contreforts chinois de l’Himalaya, la mandarine porte en son nom la couleur de la robe du mandarin à qui l’on offrait ces fruits symboles de fécondité par le grand nombre de ses pépins, de joie de vivre par son goût et de beauté par la joliesse de ses dimensions et par sa forme . Tous les mandariniers cultivés renferment de petites parties de leur génome provenant du mandarinier sauvage.

 

De l’histoire
Il fut découvert sur la presqu’île indochinoise par le botaniste portugais Loureiro le décrit pour la première fois en 1790. Il dit de sa découverte : « être le plus agréable des Citrus, on le cultive depuis très longtemps en Chine du sud, au Japon, en Indochine et en Birmanie. Les premières mandarines furent rapportées de Chine en1805 et l’arbre fut introduit en Europe, en 1828 où les premières cultures se développèrent à Malte et aux Acore.

Un peu de botanique
Il est l’agrume le plus cultivé en Méditerranée. Le mandarinier pour la parfumerie est cultivé en Calabre et en Sicile.

Son mode d’extraction
Par expression à froid toujours, ses fleurs ne sont pas du tout exploitées alors que ses ramures et petits fruits distillés à la vapeur vont donner l’huile essentielle de petit grain mandarine. La production de l’essence commence en septembre pour finir en mars. La première obtenue par des fruits non matures donne une essence de couleur verte, la deuxième est de couleur jaune, obtenue avec des fruits cueillis plus tard et enfin la troisième de couleur rouge, obtenue par des fruits à maturité, donne un meilleur rendement. C’est une huile essentielle qui convient particulièrement bien aux enfants. En massage sur le plexus solaire, elle les apaise, développe leur immunité. C’est une des premières essence qui peut leur développer leur analyse sensorielle.

En parfumerie
Son usage est récent, ces différentes essences offrent au parfumeur une diversité de nuances, verte acide à florale pour terminer fruitée et sucrée. Très pigmentée, les trois essences ont été rendues incolores à la demande des parfumeurs. Elle est douce et sucrée, féminine, pétillante et joyeuse. C’est une note de tête qu’on retrouve aussi bien dans des parfums très chyprés et d’autres plus épicés.

Citrus aurentium dulcis, sinensis, Rutacées

L’orange douce

Son origine
Il est issu de deux espèces ancestrales, le mandarinier et le pamplemoussier. Son origine exact n’est toujours pas encore claire. On le dit d’origine du sud-est asiatique, de Chine ou de l’Inde

De l’histoire
Son nom vient du sanscrit narange. En 2.200av. J.C. en Chine il a longtemps servi d’offrandes aux empereurs chinois. Sa présence est attestée dans des vergers italiens dès le XVème siècle. Il fut importé par Vasco de Gama au XVIème siècle au Portugal. De nos jours l’orange douce est l’agrume le plus cultivé au monde.

Un peu de botanique
Très proche du bigaradier, de l’oranger amer

Son mode d’extraction
Par expression à froid pour ses fruits et l’extraction par solvant pour ses fleurs

En parfumerie
Elle est souvent utilisée dans les eaux de Cologne. Elle est très, trop reconnaissable, rappelant trop le jus d’orange. Quand on parle de la fleur d’oranger ce sont toujours des fleurs du Bigaradier dont on parle.

Citrus aurantium, var. Amara, Link Rutacées

Le Bigaradier, l’oranger amer

A l’origine
Il fut le premier Citrus à avoir été cultivé en Méditerranée occidentale, par les colons syriens musulmans qui l’introduisirent en Sicie et au Maghreb au Xème siècle. Le Bigaradier est issu d’un croisement entre le cédratier et le mandarinier. Il est l’un des plus répandu dans les parties chaudes du bassin méditerranéen où chaque maison, église en possède quelques pieds dans la cour. Il a été longtemps connu comme pour être un arbre d’ornement. Louis XIV fit construite des orangeraies pour pouvoir profiter de l’odeur si délicate de ses fleurs.

De l’histoire
Malgré son fruit très amer immangeable cru, on pourrait l’appeler l’arbre nourricier du parfumeur. En effet, on obtient des parfums différents en traitant soit la feuille, l’écorce du fruit, ou la fleur. Anne-Marie Orsini (1642-1722) duchesse de Bracciano et princesse de Nerola mit à la mode l’huile essentielle de fleur d’oranger qui a pris son nom. Elle l’utilisait pour parfumer ses gants et son bain. L’eau obtenue lors de la distillation était aussi employée pour les soins du corps. Il a été longtemps cultivé à grande échelle dans les environs de Grasse. Sa culture s’est développée en Tunisie, aux Comores et au Maroc où on peut y trouver une ferme de 180 hectares convertie au bio depuis 2003.

Ses modes d’extractions
Les fleurs 
Distillées à la vapeur donne l’huile essentielle de Néroli

L’absolue de fleur d’oranger : était obtenue au XIXème siècle, d’abord par enfleurage, puis par l’extraction aux solvants est une méthode d’extraction à faible température pour obtenir d’abord une concrète puis l’absolu de fleur d’oranger.

Les fruits 
Par expression à froid vont donner l’essence de Bigarade

Les jeunes feuilles et les petits fruits : ils vont être distillés pour obtenir l’huile essentielle de petitgrain bigarade très utilisée en parfumerie et en aromathérapie.

En parfumerie
Le Bigaradier fournit ses essences aux parfums les plus fins. Il se dégage de ses fleurs un parfum sensuel, doux, merveilleux. On dit de la fleur d’oranger qu’elle est la plus douce des fleurs blanches, sans ce côté suave du jasmin ou de la tubéreuse. Une odeur assez addictive, avec une envie d’y retourner.

Citrus maxima, Citrus paradisi Merr. Et C. Rutacées

Le Pamplemousse 

A l’origine
Le pamplemousse, citrus maxima, fait partie des quatre taxons ancestraux. Le pamplemousse tel que nous le connaissons aujourd’hui est importé soit d’Israël soit de Californie.

De l’histoire
Notre pamplemousse, c’est le grape-fruit des Anglo-saxons, appelé aussi shaddock du nom du capitaine du navire qui l’importa aux Indes occidentales, aux XVIIème siècle. Ces fruits peuvent être très gros de forme ovoïde, ont une peau épaisse, une pulpe ferme et sont peu juteux. Il n’était pas connu de l’Europe médiévale.

 

Un peu de botanique
C’est le plus grand arbre de la famille du genre citrus. Toujours avec un tronc lisse de couleur plutôt gris clair, des tiges épineuses, des feuilles longues vernissées des fleurs très grandes et des fruits avec une peau épaisse.

Son mode d’extraction
Ce sont ses fleurs qui sont extraites par solvant qui sont utilisées en parfumerie. Les jeunes rameaux et les petits fruits sont distillés à la vapeur pour obtenir l’huile essentielle. Les pépins, macérés dans l’huile ou on tire l’extrait de l’huile de pépins de pamplemousse. C’est un complément alimentaire très en vogue, qui développe le système immunitaire mais annihile l’effet des traitements longs, pour les maladies chroniques type hypertension, cholestérol, diabète.

En parfumerie
Son essence est acidulée, rafraichissante, un peu verte.

D’après les recherches de Tachka Sofer

Bibliographie :

Une ethnobotanique méditerranéenne de P. Lieutaghi, éd. Actes Sud
L’histoire naturelle des Orangers d’A. Risso, éd. Connaissance et Mémoires
Les parfums d’E. Feydeau, éd. R. Laffont
La fabuleuse histoire de l’eau de Cologne, collectif dirigé par J. Cl. Ellena, éd. Nez
Histoire naturelle et culturelle des plantes à parfum de F. Aubaille-Sallenave, éd. Ibis
L’Herbier parfumé de F. Ghozland et X. Fernandez, éd. Plume de carotte
Les huiles essentielles pour votre santé de G. Roulier, éd. Dangles

  • Parfum Noir délit

    25,0075,00
    Découvrir
  • Parfum Rose Métamorphose

    25,0075,00
    Découvrir
  • Parfum Orée dorée

    25,0075,00
    Découvrir
  • Parfum Vert désert

    25,0075,00
    Découvrir